Léonie Michaud et Béatrice How, femmes peintres

Léonie Michaud (1873)
Portrait de soldat, 1915
Huile sur toile.
Signée et datée en bas à droite.
40 x 30 cm
Julia Beatrice How (1867-1932)
Un bébé avec ses jouets
Pastel sur toile transférée sur carton
38 x 48 cm (forme ovale)

Ces deux femmes peintres un peu oubliées, étaient douées de sensibilité et surtout d’une grande maîtrise artistique.

Actives à la même époque, elles sont évidemment passées à l’écart des grand mouvements qui révolutionnaient l’art….. mais en fait tout comme leur public !
Ce plus grand nombre qui retrouvait les œuvres de Béatrice How reproduites dans « L’Illustration » et celle de Léonie Michaud en cartes postales.

Léonie Michaud était l’élève d’Edouard Detaille, ce qui explique sa prédilection pour les peintures de militaires mais également son intérêt – il était déjà perceptible chez son maître – pour la profondeur psychologique de ses modèles.
Avec la fin de la Grande guerre, le pacifisme et le dégoût pour la chose militaire, ce type de peintures serait durablement discrédité. Pourtant il y a dans le regard de ce jeune soldat de 1915, quelque chose de profondément émouvant, comme l’angoisse de quitter la parenthèse enchantée du temps de la pose devant l’artiste pour l’horreur des combats.

Béatrice How, artiste britannique, qui trouva en France le succès et l’estime qu’lle ne trouvait pas forcément dans son pays, s’inscrivait dans le sillage de Mary Cassatt et également de Berthe Morisot. C’était la peintre de la prime enfance, dans un style et une prédilection pour le pastel très caractéristiques.

Deux femmes donc qui s’inscrivaient dans la lignée de l’art du XIX° siècle au moment précis où ce monde s’abîmait dans l’horreur des tranchées.